J’y suis, j’y reste ;)

Bonjour,
Je suis comme prévu au Québec à Saint Félicien je m’y plais beaucoup. Je compte demander le visa permanent à la fin de mes études. La formation amènera bien à ce que je voulais même si la première session est dure pour moi car il y a beaucoup d’animations de groupe et d’oraux devant toute la classe… J’ai par moment renoncé à certaines épreuves j’espère que je réussirais ma matière quand même. Sinon St Félicien c’est petit mais très beau, tout est grand, la mentalité des gens est géniale ! Les québécois sont vraiment super accueillants et très chaleureux ! Même s’il y a beaucoup de français il y a quand même dans ma classe une mexicaine et beaucoup de réunionnais et de calédoniens. Tout le monde est très ouvert et il y a beaucoup de compréhension et de proximité avec les gens, même les profs et les employés dans les magasins. J’ai trouvé aussi du travail je travaille tous les week end, les jeudi et les vendredi soirs en tant que caissière. J’ai trouvé dès la première semaine où j’ai cherché ! Je rentre finalement en décembre en France pour un mois puis je reviens à Saint Félicien mi janvier pour le début de la deuxième session.
J’ai déjà visité Québec, Chicoutimi et le Saguenay en voyage scolaire. Je suis très contente d’être ici même s’il commence déjà à faire froid (il y a deux jours il a fait -10°C avec un ressenti de -18°C !).
Venez !
Laetitia Fargues

Publicités

Etude dirigée M53 pour les 1eres années

Trois semaines après la rentrée, les 1ères années de BTS DATR se sont rendus à Marlanges en Creuse, véritable joyau d’initiatives locales. Les étudiants ont profité d’un séjour de 2 jours pour découvrir la notion de développement durable.

20 habitants animent le village et tous œuvrent pour « le bien vivre ensemble ». Chaque famille est venue s’installer pour jouir de la nature et de ses bienfaits, tous ont la même philosophie de vie : l’ouverture aux autres. Le camping à la ferme, les chambres d’hôtes, le restaurant et ses produits locaux, le maraîcher et ses paniers, l’atelier d’écriture et celui d’art et sculpture, le théâtre hélios, chemins de randonnée et autres patrimoines… que d’atouts pour ce territoire rural.

Bien sûr, il a fallu analyser cette dynamique et les étudiants ont fait preuve d’une très bonne implication : enquêtes, entretiens, animation de réunion, ont été menés sur le terrain. Un début prometteur qui n’attend plus que la rédaction de leur étude.

La classe en fera la restitution aux habitants et il se pourrait qu’ils puissent y retourner pour un projet territorial de plus grande ampleur !