Quelles expériences professionnelles en DATR ?

Durant nos deux années de BTSA DATR nous devons réaliser un stage dans une structure en lien avec le Développement et l’Animation des Territoires Ruraux.

Quelques exemples de structures de stage : les mairies, les associations, les espaces animaliers, les lieux d’accueil de publics, les stations sport nature, les offices de tourisme, les entreprises rurales, les infrastructures touristiques… Vous l’aurez compris : toute organisation ayant un projet de service en zone rurale !

Ce stage se déroule sur 10 semaines divisées en 4 périodes.

Notre tuteur nous propose un projet auquel nous devons répondre en définissant une problématique, des objectifs et des missions.

Pendant notre stage, nous devons identifier au minimum deux Situations Professionnelles Vécues (SPV) qui correspondent à des Situations Professionnelles Significatives (SPS). Les SPS sont inclues dans le référentiel DATR et les SPV sont à choisir en fonction du travail réalisé dans la structure. En plus de ça, les enseignants nous ont demandé de réaliser un diagnostic ciblé de territoire et un diagnostic de structure pour avoir un maximum d’informations pour notre oral. Notre tuteur peut également nous demander de réaliser un autre diagnostic (de communication, de marketing…).

Il est difficile de trouver des SPV, il faut donc s’en préoccuper dès les premières périodes de stage pour pouvoir préparer son oral dans les meilleures conditions.

  •  » J’ai fait mon stage à la mairie de Neuvic. J’avais comme projet la valorisation et le développement touristique du lac de la Triouzoune autour de Neuvic. J’ai eu comme missions de connaitre les besoins des touristes et de répondre à leurs attentes. Ma première SPV est la réalisation d’un diagnostic ciblé de territoire pour savoir si le territoire est favorable au projet. Ma seconde SPV est la conception d’un dépliant touristique (produit de communication). Durant mon stage j’ai rencontré quelques difficultés mais dans l’ensemble ce stage a enrichi mon expérience professionnelle. Il m’a permis d’être autonome et de prendre des responsabilités. » Patricia Brosse
  •   » J’ai fait mon stage à l’insectarium de Lizio en Bretagne. Mon projet était basé sur la communication de la structure en vue de valoriser ses nouvelles activités. Comme SPV, j’ai choisi la réalisation d’un diagnostic ciblé de territoire et la conception d’un plan de communication. J’ai rencontré des difficultés en réalisant mon plan de communication car lors de la réalisation nous n’avions pas encore vu la méthodologie en cours. Ce stage était très enrichissant et m’a donné plus confiance en moi. Même si la structure n’était pas exactement adaptée au DATR, il y a toujours une solution pour avoir un projet en rapport avec la formation. » Lucie Reillac

Petits conseils pour votre oral : entraînez vous un maximum devant les enseignants des différentes matières, réalisez vos diagnostic ciblé de territoire et de structure avec sérieux pour bien maitriser votre sujet.

Lucie et Patricia

Organisation du stage collectif au Pays Basque

Salut à vous les premières années ! Vous n’êtes pas sans savoir qu’on part ensemble en stage collectif au mois de mars ?! Pour votre CCF E6.1 (réaliser un diagnostic ciblé), nous vous avons préparé un stage aux petits oignons !

Mais êtes-vous au courant que l’année prochaine, c’est vous qui vous y collez ? Alors quelques infos pour vous aider :

Dans un premier temps, nous avons ciblé des territoires ruraux où l’on pourrait se rendre.
Quatre destinations ont été retenues et nous avons donc ensuite créé quatre groupes, chacun travaillant à trouver une problématique pertinente liée au territoire, trouver des activités en rapport avec cette dernière, organiser un parcours de la semaine et faire un budget prévisionnel du séjour complet. Ensuite, tous les groupes ont présenté, devant la classe et le comité de pilotage (professeurs référents des 2 promos et M. Bourret), leurs destinations avec le programme de la semaine et le budget. Le comité a délibéré en fonction de différents critères et une fois la destination finale validée, on a créé quatre nouveaux groupes de travail :

  • Groupe coordination : mise en commun des informations des différents groupes, médiation entre les groupes, suivi de l’organisation et du travail des groupes avec le  professeur référent (ESC)
  • Groupe logistique : réservation hébergement et nourriture, gestion des déplacements, contact avec le chauffeur, demande de régie…
  • Groupe reportage : organisation du reportage vidéo qui sera réalisé sur place par les deuxièmes années (matériel, synopsis, répartition des rôles…)
  • Groupe acteurs : organisation des visites culturelles

Voilà ce qui vous attend l’année prochaine, et bonne chance à vous pour la suite !

Grégory et Antonin

La préparation du stage collectif au salon LURRAMA de Biarritz.

 

Dans le cadre de notre module M58, nous organisons un voyage collectif au Pays Basque qui permettra aux étudiants de première année de réaliser leur diagnostic de territoire dans le cadre du module M53, à travers le thème suivant : Le lien entre l’urbain et le rural est-il une richesse pour le territoire du Pays Basque ?

De ce fait, nous sommes parties visiter le Salon LURRAMA en novembre afin de rencontrer des acteurs pertinents sur ce territoire et faire une restitution à nos enseignants référents pour envisager une rencontre ultérieure lors de notre séjour.

Il faut savoir que cette sortie s’est faite sur une base de bénévolat étant donné qu’il était impossible à la classe de partir à cause d’un problème matériel. Cette sortie a été entièrement encadrée par l’établissement.
Pour cela nous avons fait une feuille de sortie validée par le chef d’établissement ainsi que nos enseignants, ce qui est obligatoire pour toute sortie hors établissement sur le temps scolaire. Par la suite, nous nous sommes donc rendues à Biarritz la veille de l’évènement afin d’y être dès l’ouverture et donc pouvoir s’imprégner de l’ambiance du salon et recueillir des informations.

Concernant le déroulement de la journée, nous sommes arrivées au salon à 10h30 en faisant, dans un premier temps, un petit tour seules pour essayer de repérer les différents espaces du salon. Ensuite, nous sommes parties à la rencontre de l’association qui organise l’évènement aux alentours de 12h. Lors de la journée nous avons assisté à différentes animations présentées par des agriculteurs du territoire, ainsi que diverses démonstrations réalisées par des artisans présents sur le salon. Pour terminer, nous avons rencontré différents acteurs présents sur le salon pour récupérer leurs coordonnées afin d’établir d’autres contacts pour notre futur séjour.

En conclusion, cette journée nous a permis une première rencontre plutôt concluante avec les différents acteurs présents sur le salon, ce qui nous a conforté dans la pertinence de ce voyage collectif.

Alexandra et Alice

CHANTIER BÉNÉVOLE POUR LES DATR 1

Devenir animateur du territoire rural implique de connaître les différents acteurs qui le composent. Pour les DATR 1, c’est un chantier bénévole au profit de l’association court-circuit, ressourcerie de Felletin (en creuse), qui leur a permis de découvrir le monde associatif, avec ici, une gestion toute particulière.

Leur journée a débuté avec la rencontre des salariés qui ont témoigné de leur expérience et présenté l’association. Son historique retrace l’ensemble des enseignements que les DATR 1 doivent acquérir au cours de leur formation :

  • Diagnostic de territoire pour l’étude des besoins
  • Entretiens avec les acteurs du territoire : futurs partenaires, financeurs, réseau associatif existant… et enquêtes
  • Etude de faisabilité du projet
  • Démarche de projet et mise en œuvre
  • Gestion d’entreprise et animation d’un collectif
  • Moyens de gestion associatif : assemblée générale, conseil d’administration, réunion de concertation et de médiation, communication interne et externe…

Toute une journée passée en compagnie des salariés de l’association a été un temps fort rendant concrets les apprentissages vus en classe. Enfin, ils ont donné un peu de leur temps pour apporter leur soutien aux salariés et bénévoles de court-circuit qui travaillent à la rénovation de la boutique dont la réouverture est prévue pour mars 2018.

Notre voyage à Carpentras

En mars 2017, dans le cadre de notre module M53, nous nous sommes rendus pour le voyage collectif dans le Sud de la France, plus précisément dans les alentours de Carpentras afin réaliser un diagnostic ciblé de territoire portant sur les impacts de la présence gallo-romaine sur le territoire. Pour cela, nous avons fait de nombreuses visites afin de récolter un maximum d’informations sur la thématique suivante « Les impacts de la présence romaine en province Narbonnaise » :

  • Carpentras
  • Vaison-La-Romaine
  • Orange
  • Le pont du Gard
  • Le Mas des Tourelles
  • Saint-Rémy-de-Provence
  • Les Baux-de-Provence
  • Le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal (Vienne)

Nous avons également bénéficié de visites culturelles comme les Carrières de Lumières, la confiserie du Mont-Ventoux…

Les objectifs du diagnostic ciblé de territoire sont les suivants :

  • Appréhender une méthodologie de diagnostic de territoire.
  • Réaliser un diagnostic ciblé dans le secteur des services en territoire rural.

Avant le voyage, nous avons donc eu des cours sur la méthodologie du diagnostic ciblé de territoire. Concernant l’organisation, nous avons mis en commun les informations récoltées sur le terrain puis nous nous avons fait des groupes pour définir les différents items du diagnostic et définir le territoire pertinent.

Ensuite, pour récolter les informations, nous avons rencontré des acteurs sur le terrain pendant 5 jours (office de tourisme, chargé de mission, population locale…).

Lorsque nous sommes rentrés, nous avons réalisé le diagnostic par binômes, puis nous avons individuellement présenté à l’oral ce diagnostic dans le cadre de notre CCF M53.

Les difficultés rencontrées ont été de rechercher les informations sur le terrain (récupérer des brochures, interroger les personnes…).

Pour conclure, ce diagnostic nous a apporté des compétences dans le domaine de la recherche documentaire, des enquêtes, du diagnostic. Ces compétences pourront être réinvesties pour travailler sur des projets existants et proposer de nouveaux projets sur le territoire.

Claire, Mathilde et Yassiroi.

Etude dirigée M53 pour les 1eres années

Trois semaines après la rentrée, les 1ères années de BTS DATR se sont rendus à Marlanges en Creuse, véritable joyau d’initiatives locales. Les étudiants ont profité d’un séjour de 2 jours pour découvrir la notion de développement durable.

20 habitants animent le village et tous œuvrent pour « le bien vivre ensemble ». Chaque famille est venue s’installer pour jouir de la nature et de ses bienfaits, tous ont la même philosophie de vie : l’ouverture aux autres. Le camping à la ferme, les chambres d’hôtes, le restaurant et ses produits locaux, le maraîcher et ses paniers, l’atelier d’écriture et celui d’art et sculpture, le théâtre hélios, chemins de randonnée et autres patrimoines… que d’atouts pour ce territoire rural.

Bien sûr, il a fallu analyser cette dynamique et les étudiants ont fait preuve d’une très bonne implication : enquêtes, entretiens, animation de réunion, ont été menés sur le terrain. Un début prometteur qui n’attend plus que la rédaction de leur étude.

La classe en fera la restitution aux habitants et il se pourrait qu’ils puissent y retourner pour un projet territorial de plus grande ampleur !

« Gadoue Party »

Nous avons choisi ce thème « Parcours d’obstacles » car les membres du groupe ont des centres d’intérêts communs  : sport, créativité, nature, animation, organisation…

Nous avons donc créé une après-midi autour d’un parcours d’obstacles avec de la « gadoue », pour valoriser les compétences de chacun, découvrir un lieu, découvrir une activité, sortir, se surpasser, s’amuser, passer un moment agréable, faire une activité physique en développant ses capacités d’adaptation, un moment de plaisir avec un goûter Notre message : « bougez ! ». En plus, ce projet revalorise le parcours de santé du Puy Chaffaud de Neuvic.

Cela nous a permis de montrer que nous étions capable d’organiser une animation qui a plu aux participants mais également aux organisateurs malgré toutes les contraintes et difficultés. Nous avons beaucoup appris des uns et des autres, et également les uns des autres avec le partage de savoir et de savoir faire de chaque membre du groupe. Nous avons également su travailler dans l’adaptabilité, notamment après les différents départs des membres du groupe.

Alexis JUGIE, Clémie DUPONT, Léa ERNOULT, Léonie JACQ (promotion 2015-2017)