VLAD & la promo DATR 2015-2017

Publicités

Intermède musical

Un thème, 10 mots et une production littéraire ou artistique à réaliser : c’est le Challenge auquel nous participons cette année, puisque nous sommes inscrits au concours « Dis-moi 10 mots » lancé par le ministère de la culture et de la communication. dismoidixmots.culture.fr

Pour cette édition, c’est en chanson que nous y participerons !

Pour nous accompagner dans notre aventure, notre prof d’ESC nous a mis en relation avec VLAD ! C’est un chanteur Creusois, fondateur et dictateur du Vladkistan et surtout un mec complètement farfelu : un artiste quoi !

Avant tout, Vlad nous a fait faire quelques ateliers d’écriture : création de slogan, recherche d’un refrain etc. Par la suite, nous avons mis nos idées en commun pour en faire un seul et même texte.

Pour la musique, pas besoin d’aller bien loin ! Nous avons deux guitaristes dans la classe qui ont fait l’arrangement musical avec l’aide de notre artiste fou.

Nous nous produirons sur scène à l’occasion d’un événementiel que nous organisons dans notre lycée pour la journée internationale de la Francophonie, le 20 Mars 2017.

ici la video de notre aventure musicale.

Noémie B.V

Les projets M55

Durant le cours de l’année scolaire 2015-2016. Nous avons répondu a des commandes réelles d’acteurs du territoire.
– Mr Trech, directeur général des Services de la Mairie de Neuvic : étude de faisabilité d’un éco-lotissement, rénovation du parcours de santé du Puy Chaffaud, projet d’une piste cyclable reliant le bourg de Neuvic et son Lac.
– Mme le Maire de Gentioux-Pigerolles : étude d’un projet de cyclo tourisme.

En groupe de 5, nous avons dû nous organiser et travailler selon la méthodologie de projet. Pour cela, nous avons au préalable réalisé un Diagnostic Ciblé de Territoire, puis nous  avons organisé des réunions préparatoires avec les commanditaires pour clarifier nos projets avant d’entrer dans une phase de conception/réflexion.

Nous avons travaillé durant 5 mois sur ces projets avec quelques semaines bénalisées qui nous ont permis de caller nos rendez-vous, travailler en groupe et d’être accompagnés pédagogiquement.

Puis chaque groupe a restitué publiquement leurs travaux.

Phil

L’Écosse s’invite en Corrèze !

Pour notre projet PIC (promotion 2015-2017)  nous avons travaillé sur des thèmes qui tenaient à cœur à chaque membre du groupe : nature, sport, dépassement de soi, effort collectif et convivialité.

On a choisi d’organiser un inter-lycée sur le thème des Highlands Games écossais. L’événement a eu lieu au stade de rugby de Neuvic. Les équipes ont été constituées entre les élèves et les étudiants du Lycée forestier de Meymac et du lycée agricole de Neuvic.

Ce que qui m’a intéressé lors de ce projet c’est la diversité des actions menées pour aboutir à la réalisation de cette journée. En effet, nous avons avons eu une grand liberté de choix et d’initiative, guidé tout au long de l’année par notre professeur référent.

Au menu de cette journée :
– des épreuves de forces avec du lancé de bûches, du lancé de bottes de pailles et du tir à la corde
– des épreuves d’habilité avec des courses de brouettes les yeux bandés, un parcours d’obstacle avec des sacs en toile de jute et de l’escrime ludique.

Enfin, pour moi ce fut un réel  plaisir de voir cette journée réussie. Elle fut accompagnée de rire et d’amusement sous un doux soleil d’avril. Tous les participants ont trouvé leur lot d’émotions et de souvenirs. De nombreuses personnes ont joué le jeu en se maquillant aux couleurs de l’écosse et en portant le kilt : ce jeu a séduit les Gaulois les plus rudes 🙂

Professionnalisation par le stage

Dans le BTSA Développement Animation des Territoire Ruraux,  nous apprenons à nous professionnaliser par le biais d’un stage en entreprise. Ce stage s’effectue sur  10 semaines, sur les deux années. Les structures d’accueil peuvent être très variées, pourvu que le projet puisse avoir une dimension sur un territoire rural (communautés de communes, collectivités territoriales, mairies, ou associations, chambre d’agriculture, etc). Dans ces diverses structures nous mettons en pratique les méthodologies apprises et testons des outils vus en cours.
Pendant le stage, nous sommes accompagnés par un référent de l’équipe pédagogique qui nous aide à définir le projet, qui suit l’état d’avancement de l’étude que nous devons remettre aux tuteurs de stage à la fin du BTS.
Nous sommes aussi évalués sur notre comportement professionnel : c’est, pour certains, une première expérience pro !

Notre étude et notre vécu en entreprise, sont le support de l’oral E7.2, coeff 6 !

Trouver une structure d’accueil n’est pas simple, voici quelques pistes : listes structures

Témoignage sur l’E1

L’épreuve 1 concerne le français et l’économie générale, il s’agit de la première épreuve passée lors des examens terminaux, à coeff 6.

Je m’appelle Pierre et je vais vous faire part de mon ressenti concernant cette épreuve que j’ai passé en juin 2016.
C’est un exercice qui mélange à la fois des notions de français, d’économie et de culture générale. Ces notions souvent acquise au cours des deux années de BTS se concentrent autour d’une thématique, pour moi ce fût « Internet ». C’était une thématique intéressante car c’est un domaine qui me parle, notamment les nouveaux médias et les réseaux sociaux auxquels je m’intéresse, ce qui m’a m’aidé dans l’argumentation de l’article que j’ai eu à rédiger.
Pour moi, l’épreuve en elle même est assez intense, les quatre heures passe vite, il faut savoir répartir le temps entre la première partie (les questions) et la deuxième : la rédaction (soit un article de presse, soit une lettre). Heureusement, j’ai trouvé que les documents fournis nous aidaient beaucoup à répondre aux problématiques posées et étaient même assez riches en arguments pour la partie rédaction. Je pense qu’il faut ajouter des connaissances personnelles cela donne à mon sens une plus-value au texte.

Pour conclure je dirais, avec le recul, que des trois épreuves, celle-ci est la plus abordable 🙂

Habiter les Terres

Habiter les terres, c’est l’histoire d’un petit village québécois, Guyenne, destiné à être fermé par le gouvernement. Littéralement fermé : ses routes vont être coupées, ses terres rachetées par l’Etat et ses habitants déportés.

S’organise alors une révolte ! Villageois, outardes et ours se rassemblent et ensemble vont tenter de sauver Guyenne : leur identité, leurs terres, leur vie.

Ils kidnappent un ministre originaire de la région, qu’ils plantent dans leur champ de navets, à dix‑sept heures de route de la capitale, puis demandent au Premier ministre de venir en personne « jaser » avec eux de l’avenir de Guyenne.

Ce scénario déjanté et finalement plein d’espoir et de bonne humeur, résulte du constat d’un véritable enjeu au Québec comme en France : l’envie et le besoin des habitants de territoires ruraux de conserver leur identité face à une politique qui les abandonne. Plus qu’une simple histoire , Habiter les terres est une réflexion sur les contre-pouvoirs.

C’est parce que cette problématique s’inscrit parfaitement dans les objectifs de notre formation de Développement et d’Animation des Territoires Ruraux que nous avons pu assister à cette pièce lors du festival des Francophonies de Limoges.

Nous avons eu la chance de rencontrer l’auteure de la pièce, Marcelle Dubois, avec qui nous avons discuté des raisons qui l’ont amenée à écrire ce texte. En effet, artiste résidente à Limoges et originaire du Québec, elle s’est rapidement rendu compte que les problématiques des territoires ruraux, qu’ils soit français ou québécois, sont très similaires et méritent l’intérêt de tous.

Nina

A la rencontre du directeur du théâtre de la Chélidoine !

Cette année, la classe de DATR2 organise la journée de la Francophonie qui aura lieu le 20 mars 2017 au lycée agricole de Neuvic. Pour cela, M. Montaigné, co-directeur du théâtre de la Chélidoine, est venu nous rendre visite le mardi 11 octobre 2016 pour nous aider à mettre en scène des scénettes sur ce thème, qui seront présentées lors de cette journée. Durant notre rencontre, M. Montaigné nous a parlé du théâtre de la Chélidoine et de son métier d’acteur et de metteur en scène.

Pour nous aider dans notre projet nous allons nous inspirer de la pièce « Habiter les terres », pièce Québécoise que nous avons vu lors du festival de la francophonie à Limoges.  Nous avons donc échangé nos idées sur la francophonie et sur la pièce « habiter les terres » qu’il avait vu également, pour essayer de trouver des idées d’ateliers d’expression corporelle.